SUEUR ET EAU DE MER


Face au vide d’un dernier étage notre premier réflexe est de poser la main quelque part pour se rassurer. Au bord d’un précipice le statut d’ancien quadrupède nous manque. Les quadrupèdes sont insensibles au vertige.

La meilleure solution pour vous approcher d’une falaise serait de ‘ramper’. 

Pendule inversé qui oscille autour de ses chevilles le statut de bipède nous a rendu sensibles face au vide. Pour osciller sans cesse autour de nos pieds le cou va nous aider ; véritable gyrophare conçu pour surveiller l’horizon le cou est une adaptation à la vie terrestre. Les poissons n’ont pas de cou.

Au ‘garde à vous’ nous sommes toujours en mouvement. Immobile nous gérons des déséquilibres qui s’antériorisent avec la vieillesse.

Sauf à dormir, le cervelet écoute en permanence les capteurs disséminés dans le cou et sous la voûte plantaire. Le capteur miracle n’existant pas le cerveau compare les différentes sources. En cas de difficulté pour localiser le corps par rapport au sol la stratégie des tendons s’impose à l’œil.

Nystagmus d’Alain BERTHOZ: Dans le métro en marche les yeux reviennent suivre la scène suivante, si tout s’éteint l’œil continue de bouger l’imprégnation rétinienne s’est propagée au cerveau, mémoire de même nature que celle du marin qui tangue de retour sur terre ou du morceau de musique qui vous trotte dans la tête après avoir imprégné vos tympans

Lorsque vous lisez en voiture ou regardez les cloisons intérieures d’un bateau l’oreille interne enregistre des mouvements que l’œil ne voit pas. La nausée résulte de cette distorsion sensorielle. Ne sachant plus traiter les messages simultanés contradictoires qu’il reçoit de l’oreille interne de l’œil et du cou le cerveau perd la tête. Regarder au loin vous fera du bien. 

Dès 1955 BARON démontre la relation entre tonus postural et muscles oculomoteurs son poisson rouge nage en cercle après modification de la longueur d’un seul muscle oculaire.
L’enfant élevé dans un parc proprioceptif se prémunit du mal des transports Celui initié à la planche à voile aussi. Planchiste moi-même je n’ai jamais été victime de cinétose ni de naupathie. On trouve peu d’obèses dans le monde de la voile. Soit les muscles de l’équilibre consomment leur graisse brune et ils maigrissent; soit leur déficit en muscles posturaux les a rendu sensibles au mal de mer et ... ils restent à terre.
«Certains marins ne permettent pas au matelot de s’appuyer au garde-corps En vivant debout l’homme de mer n’éprouve jamais l’impression de perdre son temps. » Joseph PERRIN   la mer promise
Autre remarque : Dans un pays qui possède 3.000 km de côtes et autant de plages le mal de dos est une ineptie, la scoliose aussi peut-être. 

Ski, kite, planche à voile, surf, paddle, kayak, nages, plongeons, plongée et Pilates ‘sur’ l’eau sont les traitements intelligents de la colonne vertébrale. Préventifs et plus proprioceptifs que footings et longe côte.

QUERCIA souligne le caractère multimodal de l’imprégnation sensorielle en prenant comme exemples l’injection d’eau froide dans l’oreille qui corrige quelques instants une négligence visuelle ; ou la semelle qui corrige la dyslexie.  « La dyslexie est d’origine proprioceptive » DA SILVA

L’œil perçoit le mouvement avant l’image. « Nous n’interprétons l’objet menaçant que s’il est très mobile en entrant dans notre champ de vision »  P.QUERCIA. Dans la savane : « il fallait être capable d’anticiper le danger pouvant surgir de partout » F. VERMEULEN (sport et vie n° 93). Notre vision périphérique est génétique. Face voilée la femme eut été dévorée.

Amputer d’un orteil peut provoquer … des vertiges.
« Les deux membres inférieurs dans un bain glacé améliorent …
l’acuité visuelle ! » W.TUTTLE et M.WILSON

Pour un astronaute notre verticale est subjective elle disparaît en apesanteur Pour Jean Pierre ROLL la localisation spatiale dépend des muscles de tout l’organisme. Un enfant aveugle ne se met pas debout spontanément.

Chambre anéchoïque « Debout, immobile, dans un silence absolu, les yeux fermés, privé de bruit, si vous n’avez plus aucun indice sensoriel pour vous équilibrer. Il vous faut rapidement … une chaise ! » Steven ORFIELD

Pour un charpentier new-yorkais au sommet du gratte-ciel la peur ne doit jamais paralyser un descendant de guerrier iroquois Mohawk. Le leur faire croire suffit pour lutter contre le vertige des jeunes skywalkers américains.

Tous ont raison.
Pour ceux qui connaissent le câblage de nos nerfs, devant un cas de vertige le psychisme a une biologie et une anatomie.
Apprendre à tenir l’équilibre sur un câble ruban (slack line) devient plus efficace que d’aller s’allonger chez un psy

Pour l’aquaphobie c’est la même chose. Commencez par immerger votre bouche dans la baignoire et respirez par le nez quelques secondes … puis quelques minutes… L’étape suivante consiste, en vous amusant, à utiliser un tuba. Jouez… Créez de nouvelles liaisons nerveuses  et un jour vous mettrez la tête sous l’eau. Dans votre cerveau le câble est disponible. Allumez vos synapses!  Le psy attendra.                          

Aucun commentaire:

PAPY... ! RACONTE-MOI LA PROPRIOCEPTION L’EQUILIBRE ET L’ENDURANCE

LE PARC PROPRIOCEPTIF

Le principe de Swing Chariot

Dès qu’il bouge l’enfant installé dans Swing Chariot crée des déplacements horizontaux et verticaux simultanés totalement aléatoires et le déséquilibre est harmonieux.

Toute variation du centre de gravité exige une réponse proportionnelle en vitesse et en intensité au déséquilibre initial.

Si aucune correction n’est faite, l’enfant se trouve en situation tout à fait agréable de balancelle à condition de rester allongé.

Mais toute tentative de reptation, « quatre pattes » ou de redressement à genoux puis debout nécessite une adaptation réflexe immédiate pour centrer G. Elle sera aidée par un appui manuel au filet.

Diminuer puis supprimer cet appui est ce vers quoi il faut tendre, l’objectif à atteindre, le top proprioceptif ?

En s’amusant, l’enfant met en place son schéma corporel.