LES BLEUTS DU PERTRE

Pour traverser un champ de bleuets, le premier randonneur matérialise la première trace, le second et les suivants emprunteront de préférence le même trajet. Les bleuets, ainsi « foulés au pied ont créé le chemin », B. WEBER.

Les connexions neuronales du bébé qui se lève ou du sportif débutant évoluent de la même manière et peuvent devenir stéréotypées en prenant toujours le même chemin passant toujours au même endroit. Les neurones sont multipolaires et le cerveau le plus évolué est celui qui par, réduction sélective conserve malgré tout le plus grand nombre de synapses originelles. Celui dont les chemins disponibles pour aller d’un point à un autre reste nombreux.

La rééducation qui mettra en jeu des moyens simples pour multiplier les chemins sera efficace. Chacun de nous s'enfonce dans des habitudes. Il faut modifier les entrées, utiliser des tactiques inhabituelles. « Les habitudes figées peuvent entraîner un scoliose ». Pour améliorer votre système postural, B. WEBER nous fait des propositions très simples :
- changer de pied d'appel pour attaquer la première marche d'un escalier.
- marcher sur un sol irrégulier ou pieds nus sur le sable mou des plages
- marcher dans la pénombre pour privilégier les repères sensoriels.
- amusez-vous à découvrir les onze façons de descendre la dernière marche d'un escalier.
- évitez la routine

Plus ambitieux, Pedro Montoya avait mis au point un programme pour mettre son fils Pablo dès le début dans les pires conditions, afin de développer ses réflexes et brûler les étapes pour former un pilote de F1. Chaque enfant se constitue un capital de réflexes. Attention aux enfants peu ou mal programmés.
Il y a plusieurs façon de compter jusqu’à dix (5+5, 6+4, 9+1…) mais certaines sociétés aiment ânonner.
Ecoles coraniques : les masmadas
Sectes : les prières du mandarum
Le rap : « La France est une salope, je la prends et je la vole. Je la baise et je la viole"...
Dans notre cerveau, une zone date des reptiles, celle du rythme.
Déclamer sur un rythme binaire forme un cerveau primaire et une démarche néanderthalienne. Un nycthémère dure 24 heures mais « comme les Bouddhas de Bamiyan, le monde est à la merci d’un taliban régressif muni de deux couilles, deux neurones et deux rockets », A. POUSSIN, Le Trek Africain.
Pour activer vos neurones, le pas de danse est préférable au pas de l’oie.
« La musique classique accélère la croissance des plantes », Nicolas HULOT, TF1, le 08/05/08.
Cherchez les 6 mélodies possibles avec 3 notes DO RE MI. Découvrez la méthode Opher BRAYER. Variez la musique, multiplier les notes, les styles, faites des vocalises, iouloulez s'il le faut. Pour améliorer son équilibre, il faut proposer à l'enfant des tactiques variées. Elles lui permettront d'éduquer les muscles toniques nécessaires plutôt que les muscles dynamiques. Les mouvements réflexes sont préférables.
« L’équilibre postural mûrît jusque vers 12 ans, ce merveilleux mécanisme s’effectue d’autant mieux que le sujet est jeune et qu’il expérimente », Dr Michel TOUPET.

A la naissance, les fibres musculaires sont multi-innervées. Toutes les connexions imaginables sont possibles. Le précâblage néo-natal est à la disposition des systèmes sensoriels. Aucune catégorie de cellule nerveuse ne nous est propre. Seul leur nombre considérable et celui infini de leurs liaisons possibles (les synapses) nous différencie du rat, du calamar et du chimpanzé.
A la naissance, le nombre de cellules nerveuses disponibles, c'est l'inné.
Le nombre de liaisons possibles se structure. L'acquis consiste à en établir le plus grand nombre. A la naissance, la possibilité qui est donnée à chacun de nous de faire tendre ce nombre de connexions vers l'infini nous rend tous égaux pendant quatre ans.
Nous sommes des organismes électro-chimiques ; Au niveau de la synapse, un médiateur chimique transmet l’influx. Le curare inhibe l’action du médiateur et provoque l’arrêt cardiaque. « Les deux ennemis du système nerveux sont le curare et… l’argent », Philippe PAILLARD.

Combien de neurones dans le système nerveux ? Mis bout à bout, ils couvriraient la distance Terre – Lune.
Combien de synapses dans le corps humain ? un milliard de millions. « Si vous en comptiez 1000/seconde, il se passerait 30 000 ans avant de les dénombrer toutes », J.P. CHANGEUX. C'est phénoménal !
« Le nombre de connexions dans le cerveau humain est supérieur au nombre de grains de sable sur la planète », l'épicier dans Amélie Poulain.
Le système nerveux ainsi câblé et maillé, le nombre de chemins pour aller d’un point à un autre est considérable. Le plus court sera le mieux, mais l’école buissonnière et les chemins détournés ont aussi leur charme.
Amusez-vous sous la douche à tourner le dos aux 2 robinets et régler la température de l’eau !
Le joueur de tennis est-il capable de servir, avec un smash de revers ? Merci à Jean-Luc D'Almeida de m'avoir ouvert les yeux.
Brossez vous les dents avec la main gauche.
Montez l'escalier en « marches » arrière.
Il existe bien d'autres fantaisies utiles.
En Caroline du Nord, L.C.KATZ propose 83 exercices « to keep your brain alive ».
« L'habitude est génératrice d'ennui, lui même générateur de repli sur soi » Joseph LEFUR.
Par tâtonnements, l’expérience établira les connexions. Toutes les aires du système nerveux sont à utiliser à un moment ou à un autre de la journée. Même chez Laurent BAFFIE qui posait la question le 1er septembre 2006 sur A2 et croyait n'utiliser qu'un dixième de son cerveau. « Moi, j’en utilise 100 % et vous aussi. Si Sapiens avait utilisé 10 % de son cerveau, il se serait atrophié » Erik Harvey GIRARD (Ottawa mai 2005).
Utilise-t-on un seul de nos dix doigts ? Certains, néanmoins, utilisent leurs doigts beaucoup mieux que d'autres. J'ai perdu un billet de 20 euros sur la rambla de Barcelone pour le savoir.
Tous les neurones sont utiles. Tous les chemins mènent à Rome. Peu sont empruntés. Le système nerveux vous permet d'aller partout. Le meilleur influx nerveux est celui qui reste capable de les emprunter tous et qui tient compte de l'état des routes et du trafic pour aller sans accident, au plus court, au plus vite. Déjà en 1930, JH PILATES inventait the contrology: « l’exercice qui ne fait pas appel au cerveau est inutile ».

L'acquisition expérimentale est « plus profonde et plus durable dans les semaines, voire les jours qui suivent la naissance » (Richard et Orsal). « Chacun naît avec un stock de neurones et c’est durant les premières années que se densifie notre réseau de connexions » (Hélène COQUEUGNIOT).

Pour éviter le mouvement qui fait mal, votre organisme vous suggère de tourner autour. Les meilleurs sont à l'écoute de ce que sussure l'organisme et trouvent les meilleurs passages. Le meilleur équilibre sera acquis par celui qui aura emprunté le plus de chemins. Visualiser le geste améliore l'apprentissage. Aidez-vous d'une glace s'il le faut. A Lyon, pour amener le musicien à préciser son schéma corporel, il est placé devant un miroir. Les pieds ancrés dans le sol, il améliore sa posture. Pour l'aider à sentir son corps, l'association BIOAMADEUS le couche au sol avec l'instrument. Son corps est le premier instrument du musicien. "L'amélioration de la posture donne un son plus beau, plus rond. Ca s'entend tout de suite". Docteur TRAVERS, chirurgien du membre supérieur à Lyon.
Le rêve aussi peut nous pré-programmer mais l’exécution du geste est nécessaire pour le calibrer.
Le tennisman australien junior Shane BARR était droitier. Il est réapparu gaucher quatre ans après un grave accident de voiture : « je m’efforçais de frapper la balle mentalement dix minutes tous les soirs » « Capable d’accélérer le rythme cardiaque et la circulation l’imagerie mentale améliore la coordination et mémorise le geste sans risque de casse »Christian COLLET, neurophysiologiste au Centre de Recherche et d’Innovation dans le sport En effet le ralenti du système optique de l’œil s’appelle…la mémoire. Avec une image motrice, les sportifs les plus doués reproduisent mieux que les autres un geste nouveau. Les circuits ont été pré-câblés. Un jeune footballeur observe ZIDANE et DEL PIERRO, puis s’endort…Si son rêve lui passe en boucles le geste difficile il le réussira le lendemain à la première ou deuxième tentative. Celui qui se rêve en bleu à soulever le trophée du vainqueur ne le réussira pas. Le rêve et la mémoire apparaissent chez les mammifères et oiseaux homéothermes. Les courtes phases de rêve du sommeil paradoxal sont nécessaires pour stocker les informations. Fréquentes chez un enfant, elles diminuent avec l’âge.
Dans un champ de bleuets l’itinéraire, qui a été préalablement pré-programmé ou rêvé, sera emprunté avec succès par les plus doués.
Vue, visualisée au ralenti, mémorisée, l’image enregistrée par la rétine et conduite dans l’hémisphère cérébral droit, a crée une induction antéro-motrice. Le geste sera exécuté avec plus de chance de succès.
« Pour exécuter un mouvement, nous avons plusieurs chemins à notre disposition, mais nous utilisons toujours le même. En restant dans nos schémas limitatifs notre répertoire de mouvements, de sensations, s’étiole » (F. FIGUIERE).
La méthode Feldenkraïs utilise des circuits neuro-moteur inhabituels. Elle s’inspire du développement de l’enfant. Comment mettre plus de qualité dans nos mouvements ? « La clé de toute amélioration n’est pas dans les muscles et articulations mais dans le système nerveux. Il faut aller réveiller notre habileté, notre coordination, nos sensations » (Moshé FELDENKRAÏS).
Un parc proprioceptif favorise cet apprentissage.
L’habitude piège les neurones et l’apprentissage provoque la création de nouvelles synapses.
Appliquons à l'équilibre la recette pour la mémoire qui a valu à Eric KANDEL le prix Nobel de médecine 2007 :
• La mémoire à court terme se contente d’activer la synapse;
• La mémoire à long terme crée de nouvelles synapses en formant une varicosité sur la dendrite ;
• Provoquez la naissance de nouvelles synapses. Soyez inventif, l’originalité doit remplacer la routine.

Aucun commentaire:

PAPY... ! RACONTE-MOI LA PROPRIOCEPTION L’EQUILIBRE ET L’ENDURANCE

LE PARC PROPRIOCEPTIF

Le principe de Swing Chariot

Dès qu’il bouge l’enfant installé dans Swing Chariot crée des déplacements horizontaux et verticaux simultanés totalement aléatoires et le déséquilibre est harmonieux.

Toute variation du centre de gravité exige une réponse proportionnelle en vitesse et en intensité au déséquilibre initial.

Si aucune correction n’est faite, l’enfant se trouve en situation tout à fait agréable de balancelle à condition de rester allongé.

Mais toute tentative de reptation, « quatre pattes » ou de redressement à genoux puis debout nécessite une adaptation réflexe immédiate pour centrer G. Elle sera aidée par un appui manuel au filet.

Diminuer puis supprimer cet appui est ce vers quoi il faut tendre, l’objectif à atteindre, le top proprioceptif ?

En s’amusant, l’enfant met en place son schéma corporel.