LA FLEUR DE L'AGE, L'âge du Je

Le matin, sortir du lit, c'est se déplier. Se coucher le soir, c'est replier son corps pour dormir. Aux deux pôles d'une vie, la position fœtale ou grabataire est identique. "Vivre, c'est s'étirer et rester déplié le plus longtemps possible" me confiait Pierre LEROY, de retour de l'Ashram-SRI-AUROBINDO, à Pondichéry.

Le développement végétal se fait en 3 stades :
- La graine de haricot ou le bourgeon floral contient déjà tous les éléments nécessaires à la vie. Ils sont repliés sur eux-mêmes comme l’est un parachute dans son sac.
- Le bouton éclot et s’ouvre totalement pour grandir et fleurir au soleil.
- Fané, le végétal se referme sur lui-même.

De nombreux documentaires filmés en accéléré nous imagent ces 3 étapes, tout un symbole de la vie, ouverture puis fermeture.
Pour nous, la première courbure de la construction humaine apparaît le 25èmejour du fœtus par inflexion du tube neural. L'asymétrie va s'installer.
Au 29ème jour de l’embryon humain, le cœur bat pour la première fois. La vie commence. La machine est lancée, les 3 stades du développement seront respectés :
L’embryon en position fœtale, le nouveau-né naît replié sur lui-même. Il l’est depuis huit mois. Le déplier pour le mesurer à la naissance peut donc attendre quelques jours.
Pour grandir, il va s’ouvrir et s’allonger.
« D’un petit être asymétrique et en flexion à la naissance, le bébé devient progressivement au cours de la première année un petit être symétrique et en extension », C. ASSAIANTE.
Adulte, le squelette atteint sa longueur maxi. C’est la fleur de l’âge.
Adulte, le parachute est comme ouvert en plein ciel. La tête est là-haut, droite, au sommet de la colonne vertébrale..
Le tonus des muscles extenseurs et fléchisseurs s’équilibre. La croissance est le résultat d’un lent processus au cours duquel les extenseurs prennent de l’importance. Il leur faut lutter contre la gravité pour parvenir à égaler l’action des fléchisseurs. Cette égalité parfaite entre les différents muscles, nous devons la préserver en tonifiant les muscles extenseurs constitués en grande partie de tissus conjonctifs.
Le corps vieillissant se recroqueville à nouveau sur lui-même. La fleur se fane.
Tôt ou tard les fléchisseurs finiront par l’emporter. Le parachute redescendra sur terre pour se replier une dernière fois. Regarder le bout de vos chaussures vous vieillit. Redressez la tête!

Les membres s’allongent en premier, ils grandissent jusqu’à 18 ans, la colonne vertébrale jusqu’à 22. (Attention à la colonne cervicale des rugbymen de 20 ans). L’ossification de la clavicule clôt la croissance, autrefois à 18 ans aujourd’hui vers 25 ans. L’os s’allonge en multipliant ses cellules. Les ostéoblastes se divisent. C’est la croissance osseuse. Les muscles et les tendons subissent cet allongement.

Les moyens de communication modernes créent un désenclavement, qui, avec l'amélioration de la diététique, favorise l'augmentation de la taille humaine. Dans la forêt, la taille diminue, et « des pygmés qui ont changé de milieu pour retourner vivre dans la savane ont grandi à nouveau en une ou deux générations », J CHALINE, Aux sources de l'Humanité, éd.Seuil2000.

Dans les îles, le nanisme se développe dans toutes les espèces. Il a même réduit la taille des éléphants jusqu'à faire naître la légende du cyclope ailleurs que sous l'Etna. L'environnement favorise donc la taille la mieux adaptée.
Sans la gravité terrestre, nous serions plus grands. Supprimons G et, dans l’espace, Youri ROMANENKO s’allonge de 10 cm en 326 jours, durée de son voyage spatial. A Toulouse et pour l’aérospatiale, le Dr BECK termine une expérience. Ses patients sont restés allongés 24h/24 pendant 2 mois et demi. « J’ai grandi d’un centimètre et demi » constate l’une des volontaires au journal de 20h sur TF1, le 14 décembre 2005.

Pratiqué en aérobie, le sport participe à cet allongement car une meilleure circulation sanguine provoque une sécrétion de l’hormone de croissance la nuit et d’endorphines le jour.
La pratique sportive excessive freine cette croissance : Michel JAZY, médaille d’argent olympique aux 1500m, a grandi de 2 cm après ses 30 ans et l’arrêt de ses entraînements pluri-quotidiens. Courir beaucoup tasse les disques. Courir modérément stimule la formation des os du sujet jeune et freine la perte osseuse après 50 ans. L’inactivité est pire que tout. « Le temps qui passe est plus dangereux pour la colonne que le sport », Dr S CASCUA. Boire du lait ne suffit pas. Pour fixer le calcium, courir acheter un pot de yaourt est plus efficace que de le boire. « Le calcium n’augmente la densité osseuse qu’en situation d’exercice », Dr COURTEIX, Université Clermont Ferrand.

La verticale de notre centre de gravité tombe toujours en avant de l'axe des chevilles. Les muscles postérieurs des jambes empêchent la chute.
Immobile, un Horse Guard fatigue. Nombreux dans les membres inférieurs et les gouttières vertébrales, tous les muscles de la statique sont en activité permanente dès que nous sommes debout. En cas de fatigue, de stress ou d'agression, leur tonus augmente.

Le devenir de ces muscles est la rétraction. La colonne vertébrale se tasse en vieillissant, le corps s'affesse : « je n’ai qu’une seule ride et je suis assise dessus », aurait dit Jeanne CALMANT. « J’ai perdu 18 cm sous le poids de mes 88 ans », avoue Tatie DANIELLE , souriante dans l’arène télévisée du 07/03/07.
Selon J.P. ZANA et Y. CHATRENET, « Dès l'âge de 35 ans, la sarcopénie touche de façon privilégiée, précoce et sournoise, les chaînes musculaires posturales ».
Si la taille diminue de plus de 3 cm après 60 ans, il faut soupçonner une fracture vertébrale spontanée.
Les muscles posturaux, anti-lumbago, ralentissent cette diminution de l’espace inter-vertébral beaucoup mieux que les grands dorsaux, nous dit le Dr Henri ROSENBAUM dans La ménopause heureuse, Déc 2004.

Il suffit de marcher sur la pointe des pieds, tête haute plusieurs fois par jour, pour les renforcer. En cas de sciatique, marchez un peu car seule la position assise est interdite.
Inutile de massacrer vos abdominaux, il est plus utile de les gainer.
Le muscle se complaît en raccourcissement. Il a horreur de l’allongement. Protégeons cet allongement musculaire synonyme de jeunesse.
Rappelez-vous que pour chaque articulation du corps humain, les muscles fléchisseurs l’emporteront un jour.
Les doigts se replient, la main se ferme, le poignet fléchit, le coude aussi. Les fléchisseurs du cou amènent la tête vers l’avant. Le dos se voûte. Les fléchisseurs de hanche et du genou du grabataire nous ramènent à la position fœtale. «La rétraction est la rançon de l’âge », Emile WANONO.

Dans la journée, cela nous permet de trouver facilement la position correctrice qui convient à chacune de nos articulations, l’ouverture.
Adoptons-là le plus souvent possible afin de lutter contre le vieillissement lorsque nous sommes debout et assis.
A chaque fois que c’est possible, gardez la main ouverte plutôt que le poing fermé, même dans les poches.
Redressez un peu la tête et regardez le bout de la rue plutôt que le bout de vos chaussures. Allongez vos jambes…
Une seule exception à la règle, la position dite « en chien de fusil », quelquefois conseillée pour dormir, et qui protège les lombaires.
La position couchée étant anti-gravitaire, toutes les positions sont bonnes si vous dormez bien sans trop cambrer les lombaires ni vriller la colonne vertébrale.
Allongé, les déformations vertébrales existent mais seront sans conséquences si elles ne sont pas répétitives; pour cette raison, il est plus important d’investir dans un siège que dans un lit.
Si vous vivez en couple, il faut tous les six mois inverser les tables de nuit et changer de côté avec votre conjoint.
Choisissez un oreiller ergonomique pour protéger le cou.
Oreiller ou traversin ? L’important consiste à combler le creux cervical.
Les japonais aiment s’endormir sur un oreiller d’herbes et de roses.
Quelques étirements au réveil sauront compenser les inconvénients de la nuit. Chiens et chats le font à la perfection : imitez-les.

Aucun commentaire:

PAPY... ! RACONTE-MOI LA PROPRIOCEPTION L’EQUILIBRE ET L’ENDURANCE

LE PARC PROPRIOCEPTIF

Le principe de Swing Chariot

Dès qu’il bouge l’enfant installé dans Swing Chariot crée des déplacements horizontaux et verticaux simultanés totalement aléatoires et le déséquilibre est harmonieux.

Toute variation du centre de gravité exige une réponse proportionnelle en vitesse et en intensité au déséquilibre initial.

Si aucune correction n’est faite, l’enfant se trouve en situation tout à fait agréable de balancelle à condition de rester allongé.

Mais toute tentative de reptation, « quatre pattes » ou de redressement à genoux puis debout nécessite une adaptation réflexe immédiate pour centrer G. Elle sera aidée par un appui manuel au filet.

Diminuer puis supprimer cet appui est ce vers quoi il faut tendre, l’objectif à atteindre, le top proprioceptif ?

En s’amusant, l’enfant met en place son schéma corporel.