LES STYLISTES

La victoire est-elle toujours belle ?
Hannibal fait demi-tour devant Rome offerte et Moitessier devant la ligne d’arrivée d’une course autour du monde. Leurs âmes avaient un talent que nous n’avons plus. Nobody's perfect, mais certains hommes maîtrisent leur corps de manière étonnante. Jacques Mayol ralentit son coeur avant de plonger. Reihnold Meisner s'élève 14 fois au-dessus de 8000m sans oxygène.

La réussite sourit aux harmonieux. Pour durer, le style prime l'efficacité. « La gestuelle prime sur le déplacement » Denis GROZDANOVITCH. Le geste d’abord, il est plus facile d’améliorer la puissance sur un bon niveau technique que l’inverse.

En tennis, le styliste peut perdre un match mais son meilleur schéma corporel va lui permettre de durer.
Il pourra remporter un dernier tournoi majeur assez tard :
Artur Ashe : Wimbledon à 31 ans
Ken Rosewall : Australie à 38 ans
Au Tennis les Crocos meurent tôt

Les attaquants finissent en bonne santé :
Mac Enroe : dernier match à Flushing, à 25 ans (1992).
Stefan Edberg : dernier match à Flushing, à 26 ans (1984).

Les joueurs complets durent longtemps :
Jimmy Connors : vainqueur de l’US Open à 31 ans était encore professionnel à 48 ans
Pete Sampras : vainqueur de Wimbledon à 31 ans
André Agassi : finaliste de l’Open Australie à 32 ans
Federer : en activité.

Le joueur de piano exerce son art plus longtemps que le déménageur.

Pour modifier la prise de raquette ou le mouvement d’un joueur prisonnier de ses habitudes gestuelles, il faut créer de nouvelles connections musculaires et posturales. Les synapses sont têtues. La cire du cervelet est un peu dure pour y graver un nouveau sillon. L’apprentissage du nouveau mouvement nécessite une répétitivité considérable de son éxécution. La bonne méthode d’entraînement consiste à alterner systématiquement le nouveau geste avec l’ancien. Alterner sa gestuelle doit devenir une priorité. Alterner diminue l’efficacité du vieux geste, mais augmente votre plaisir, retarde l’arthrose articulaire et vous jouer plus longtemps.

Les cogneurs, frappeurs, bûcherons, cumulent carrières courtes et blessures : Courrier, Rios, Muster... OVER USE is BAD USE. Surmenage et mauvais usage du cartilage font davantage de ravages que l'age.
Les carrières longues sont l’apanage des stylistes et des joueurs complets : dernier tournoi majeur à 45 ans pour Rosewall et Connors.
En 2004, en aviron, les 10 meilleurs mondiaux avaient tous plus de 30 ans et l’Australien Mac Kayle le plus vieux d’entre eux une technique irréprochable et 41 ans.
Aujourd’hui, s’il ne gonfle pas ses muscles artificiellement, la carrière de MONFILS sera plus longue que celle de Nadal. Un muscle gonflé artificiellement, cela se voit. Ecoutez ce témoignage d’un ouvrier agricole prisonnier de guerre au langer gelanfenkrieg de Bremervorde « Je ne comprends pas pourquoi moi, qui avais tant travaillé, je n’avais pas de muscles aussi développés que le sportif sur la photo » Paul Adam - matricule 24 406 –Stalag 10 B – hiver 1941.
Autre inconvénient des hormones, le risque de provoquer de petits seins chez l’homme. Victime de gynécomastie, le culturiste se fera liposucer les nichons.

Deux catégories d’athlètes vieillissent bien.
Ceux dont les muscles posturaux et le sens de l’équilibre sont développés (A. Giresse, J. Tigana…). Ceux dont la gestuelle prime sur le physique.
Pour les autres gabarits et les joueurs physiques (Patrice Rio, Alain Cosnard…), c’est plus délicat. Avec un moins bon schéma corporel, il leur reste une chance de bien vieillir. Avoir une femme diététicienne pour imposer une hygiène alimentaire. Pour les grands gabarits l’endurance est toujours difficile, les exercices d’équilibre deviennent indispensables.
Sachez aussi que les dépenses d’énergie varient d’un individu à l’autre. Mimoun et Anquetil avaient des tailles, poids et dépenses énergétiques assez proches. A Mimoun, il fallait 2000 calories et à Anquetil, 6000. nous enseignait le Dr CREFF à l’hôpital St Michel. « La seule façon de savoir si quelqu’un est en équilibre calorique c’est son équilibre de poids » (Dr KOURDOULY, Clinique du sport, Paris) tout simplement.

Pour la course à pied : le style, la qualité technique permet une économie de locomotion.
Il faut courir sans s’effondrer sur ses appuis. Réduire les temps de contact. Rebondir en limitant les oscillations verticales. Il faut fixer le bassin avec le muscle transverse (formé par un travail statique plutôt que dynamique) et conserver une raideur des membres inférieurs. Fini les abdos avec les 2 mains derrière la tête, la mode est au gainage. Fini aussi le tapis roulant, le sujet ne propulsant jamais son corps en avant, il ne fait que percuter le tapis devenu inutile « Il s’agit d’une foulée factice dont le cycle pliométrique est amputé de sa phase finale » (R.DESLANDES).

Bonne nouvelle, les muscles posturaux consomment les graisses de réserve. Privilégier le style c’est aussi maigrir.
Votre souci est-il de gagner aujourd’hui ou de garder la ligne et pouvoir jouer demain ?
Un jour un ami golfeur féru de coordination et provocateur génial s’adressait au practice à un garagiste : « Pour aller mourir, sais tu que la façon de s’y rendre donne plus de sens à la vie que l’endroit où l’on va ? On fait donc le même métier tous les deux. Toi tu leur vend des voitures, moi je leur apprends l’élégance », Alain MORICE.
Un autre de ses amis a fait mieux. Ayant survécut à la guerre et à 24 mois sur les pitons d'Algérie, à une prise d'otages lors d'un hold-up bancaire et à la chute d'un planeur venu s'écraser à ses pieds sur le green du "11". Il a finit la partie de sa vie emporté par un éclair, sur le fairway du "9", un jour d'orage. Tonnerre de Zeus! "Un avocat rennais foudroyé au golf", titrera Ouest France. Papy duracell s'en est allé.
"Salut les p'tits gars!", Daniel LAINE.

Aucun commentaire:

PAPY... ! RACONTE-MOI LA PROPRIOCEPTION L’EQUILIBRE ET L’ENDURANCE

LE PARC PROPRIOCEPTIF

Le principe de Swing Chariot

Dès qu’il bouge l’enfant installé dans Swing Chariot crée des déplacements horizontaux et verticaux simultanés totalement aléatoires et le déséquilibre est harmonieux.

Toute variation du centre de gravité exige une réponse proportionnelle en vitesse et en intensité au déséquilibre initial.

Si aucune correction n’est faite, l’enfant se trouve en situation tout à fait agréable de balancelle à condition de rester allongé.

Mais toute tentative de reptation, « quatre pattes » ou de redressement à genoux puis debout nécessite une adaptation réflexe immédiate pour centrer G. Elle sera aidée par un appui manuel au filet.

Diminuer puis supprimer cet appui est ce vers quoi il faut tendre, l’objectif à atteindre, le top proprioceptif ?

En s’amusant, l’enfant met en place son schéma corporel.