Singing in the rain


Toute forme de confort diminue nos facultés chèrement acquises depuis Homo Erectus. Toute forme de sédentarité et routine s’accompagne d’un encrassement cellulaire, une paresse mitochondriale, un raccourcissement des télomères et votre vie elle aussi sera plus courte.
Transgressez, innovez,  chantez sous la douche, inventez des histoires à vos petits enfants, variez vos gestes, élargissez votre horizon musculaire.
Monogamie, sédentarité, agriculture intensive, élevage industriel nous détournent de l’histoire du corps de l’homme ; celle qui nous a fait Sapiens. Comme tout mammifère il faut écouter son corps à partir d’un ressenti archaïque. L’évolution des mammifères ne retenait jamais un geste inutile s’il était coûteux en énergie. Les roulades du chaton et les ruades du poulain sont éducatives. En jouant le faon apprend la fuite et le lionceau la chasse. Chargé de réflexes nouveaux le cervelet construit sa coordination. Il améliore la maîtrise des articulations ce qui donne confiance en soi.

Aucune activité aux heures chaudes de la journée. Aucune activité sous la pluie. En désignant un rhinocéros une gazelle et un lion figés sous une averse: « Never hunting and No graSSing in the rain » disait le ‘Ranger Masaï’ avant d’enliser notre 4X4 dans le cratère du N’GORO N’GORO  
«Chanter sous la pluie est un privilège humain » avons-nous eu largement le temps de lui répondre  « la chasse poursuite qui épuise le gibier aussi » nous a-t-il demandé de méditer.
Fainéants et sédentaires vous êtes en danger! Toute forme de confort diminue les facultés sensorielles. L’organisme possède des armes défensives. Une activité sportive endurante est le meilleur outil pour entretenir cet arsenal anticancéreux et mitochondrial.
                      « Aucun médicament ne peut rivaliser » 

« Accidents vasculaires, diabète, obésité, cholestérol, fonte musculaire, arthrose, ostéoporose, inflammations, cancers… tous et toutes reculent devant un travail cardiovasculaire adapté ou musculaire endurant.
« Les troubles de l’érection aussi » Michel CYMES  RTL le 18/11/2016
L’exercice physique nettoie et protège les cellules. Il  fait le ménage du corps. Nos défenses ont plus besoin de stimulations que d’antibiotiques. L’idéal santé :
« le sport et surtout sans compétition » G.MILLET CHU  à  St.Etienne.
« La compétition produit des névrosés » Dr GUERINEAU  CHU Nantes.         
Beaucoup de mes amis scorophiles écrivent le mot ‘sport’ avec un C à la place du P.  Ils ont tort :
        Si tu oublies le score, de ses scories le sport nettoiera le corps.                     
Connaissez vous Bruce SPIEGELMAN (Harvard University). Et l’irisine ? Une molécule qui dope le cerveau et brûle la graisse ça fait rêver !
Produite par le muscle uniquement si l’exercice est endurant, elle circule dans le sang pour communiquer les informations au cerveau et retarderait la maladie d’Alzheimer (Cell Press Highlights oct. 2013)
Connaissez vous Paul LEE (Sydney University) ? « Exercice may convert white fat to brown ». Avec la proprioception l’irisine lutterait contre le diabète et l’obésité ! (Cell Metabolism Fev 2014)
«La thérapie génique promet d’augmenter votre espérance de vie de 30%, l’endurance donne les mêmes résultats » J.C.AMEISEN (Sur les épaules de Darwin 2013) et n’oubliez pas qu’il est impossible d’associer performance et endurance puisque la goutte de sueur doit restée collée au front.

Vive les muscles !
Epuisé un muscle reste capable d’un effort bref de puissance élevée :
« Epuisé,un muscle reste capable de répondre à une impulsion électrique. C’est donc le cerveau qui dit stop  » MARCORA et STAIANO
« C’est le cerveau qui déclenche l’accident musculaire ! » Tim NOAKES.
Les muscles savent supporter les pires dommages et se réparer eux-mêmes.     STUDISKY a réimplanté un muscle de grenouille dans sa loge après l’avoir haché menu ; le muscle redevient fonctionnel en trois semaines !
D’ailleurs l’entraînement est une désintégration des  protéines musculaires. Les résidus réintègrent en partie (sous forme d’acides aminés) les filières de combustion.
Les mitochondries sont là pour ça ; elles carburent :
-       aux glucides et à l’oxygène pour l’énergie à produire ;
-       au résidu (la poussière du ménage cellulaire) pour se reconstruire.
L’exercice physique reproduira une cellule musculaire plus forte là où il y a eu de la casse, après avoir nettoyé l’emplacement.
Pour se développer une cellule musculaire ne grossit pas avec l’exercice ; elle explose et sera remplacée au même endroit par une cellule renforcée. La ‘courbature du lendemain’ correspond à cette phase de reconstruction. Oubliez-le, mais l’explosion s’appelle ‘rhabdomyolyse’.
    
- allez courir au soleil: l’homme était le seul capable d’y courir longtemps pour traquer sa proie avec ‘une chasse poursuite’ qui épuisait le gibier.
- avec Gene KELLY allez chanter sous la pluie 
  « La musique est l’unique talent que Dieu et Allah envient aux hommes »
a écrit Edouard LIMONOV  jusqu’au soir où
                                      munis de grenades
            dans les allées du Bataclan      de barbares barbus

      sont venus apprendre aux musiciens comment devenir musulmans

Aucun commentaire:

PAPY... ! RACONTE-MOI LA PROPRIOCEPTION L’EQUILIBRE ET L’ENDURANCE

LE PARC PROPRIOCEPTIF

Le principe de Swing Chariot

Dès qu’il bouge l’enfant installé dans Swing Chariot crée des déplacements horizontaux et verticaux simultanés totalement aléatoires et le déséquilibre est harmonieux.

Toute variation du centre de gravité exige une réponse proportionnelle en vitesse et en intensité au déséquilibre initial.

Si aucune correction n’est faite, l’enfant se trouve en situation tout à fait agréable de balancelle à condition de rester allongé.

Mais toute tentative de reptation, « quatre pattes » ou de redressement à genoux puis debout nécessite une adaptation réflexe immédiate pour centrer G. Elle sera aidée par un appui manuel au filet.

Diminuer puis supprimer cet appui est ce vers quoi il faut tendre, l’objectif à atteindre, le top proprioceptif ?

En s’amusant, l’enfant met en place son schéma corporel.